aphgAixMarseille.com - Publié le : 28 janvier 2004


Le patrimoine dans tous ses états, passé et futur.
par


Le Centre interrégional de conservation et de restauration du patrimoine : le C.I.C.R.P Belle de Mai

Il est implanté dans l’ancienne manufacture des tabacs de la Seita : 7500 m². Il a pour but de conserver et de restaurer pour mieux apprécier et transmettre aux futures générations. Il est doté d’un service éducatif à destination du monde scolaire et des enseignants.

Exemples d’ateliers

-  1-La mémo gravure (mémoire et gravure) appliquée à « L’embarquement du Maréchal de Richelieu pour Minorque « (26/04/1756, le port de Marseille, de J-J Kapeller ). On déplace un halo de lumière pour faciliter la « lecture » de la ville. Chaque point est lié à un commentaire, à des articles parus dans la presse, à des fiches pédagogiques, ainsi, on peut explorer tout le tableau.On découvre des précisions que l’on ne verrait pas, comme par exemple, dans le tableau de Michel Serre » La Peste », les armes de la ville sur la façade de l’hôtel de ville. Les mémos gravures seront distribués gratuitement dans les établissements scolaires de proximité, en premier lieu.

-  2-L’atelier de restauration : Le Cicrp offre aux restaurateurs d’œuvres d’art des conditions optimales de travail, des équipements, dans des espaces adaptés. On peut : se documenter faire des clichés sous divers rayonnements pour voir ce qui est invisible à l’œil nu. protéger les toiles : par l’installation de « barrières » à l’humidité ou à la poussière, par la pose d’une toile de tension autour de la toile... On dispose de tables de pression qui permettent d’avoir à différents endroits des contrôles sur les différents paramètres, donnant des résultats plus que satisfaisants.

-  3-L’atelier de photographie : On photographie les toiles dans tous les sens pour voir apparaître des changements de composition de lumière, des détails iconographiques, des techniques utilisées, des « accidents » dans la réalisation...

-  Le Cicrp est doté d’un laboratoire constitué d’une équipe qui assure des missions d’études et de recherches appliquées à la conservation, à la restauration. En effet des problèmes de moisissure viennent dégrader la toile, alors on emploie le gaz éthylène qui n’endommage ni les matériaux ni les documents d’archive.Pour reconnaître ces problèmes liés à l’environnement, on utilise divers appareils (appareils de diffraction des rayons x, appareils pour les analyses chimiques des matériaux...). On fait des micros prélèvements pour voir la succession des couches de peinture, par des microanalyses.