Recherche sur ce site

 Présentation, Statuts, Historique, ...
 
 
 
 
 
 

 

  Sommaire   Documentation  Les Archives du site  les événéments passés 1  les journées 

2004

Les 4èmes Rencontres de la Durance /APHG ; de quelle Europe parlons nous ?
par

[Imprimer]

L’Europe quelle grille de lecture ? De quelle Europe parlons nous ?

Quel sens donner au mot Europe ? Le mot Europe est un terme polysémique, il apparaît essentiel de préciser ce que nous entendons par « Europe » lorsque nous abordons cette question en géographie d’autant plus que ce terme dans la vie quotidienne recouvre plein d’ambiguïté. L’Europe a décidé ? On fait l’Europe ? Bruxelles nous oblige à ... autant d’expressions que l’on peut entendre au café du commerce où dans les médias. Mais que recouvre cette idée ?

Nous proposons trois grilles de lecture afin d’essayer de préciser de quelle Europe nous parlons en s’appuyant sur les arguments des géographes.

1ère lecture : L’Europe est un être géographique :

C’est la question du déterminisme géographique qui est posée. Dieu a-t-il inventé l’Europe ? Cela nous renvoie à Michelet qui définissait la France comme une personne où à cette phrase de François Mitterrand citant Napoléon après l’effondrement du mur de Berlin « L’Europe retrouve sa géographie » Laquelle ? Jusqu’où ? Cette démarche conçoit l’Europe « comme une essence et non comme un objet de connaissance [1] La géographie sert alors de prétexte, il n’y a pas de discussion possible ! [2]

2ème lecture : L’Europe est un objet géographique ...non identifié !

Dans ce cas l’Europe est considéré comme « un problème géographique » au sens de Jacques Lévy « L’Europe est d’abord un problème de géographie, un espace aux significations variables, aux frontières floues, aux structures entremêlées » [3]. Notre démarche va alors consister à chercher l’Europe, à s’interroger, à rechercher des régularités. Je voudrais dire là il y a de l’Europe... N’y a-t-il pas un modèle européen ? (spatial, social, environnemental ...) Peut-on parler d’une société européenne ? Nous nous trouvons à notre avis au cœur de la réflexion géographique. Je dirais aux élèves « cherchons ensemble ce que recouvre l’idée d’Europe ».

3ème lecture : L’Europe est un projet politique :

Nous nous situons cette fois-ci dans une démarche citoyenne, politique avec « un grand P ». Nous parlons alors d’Europe dans le sens d’une construction institutionnelle « il est instauré une citoyenneté européenne" dit le Traité d’Union européenne. L’Europe apparaît alors comme un projet inachevé mais aussi comme le fruit d’une volonté politique (Jean Monnet) nous exprimons un désir d’Europe, une respublica comme le dit Michel Foucher c’est-à-dire comme notre bien commun. Dans cette grille de lecture nous enseignons l’Europe comme une valeur et un projet [4]. Nous faisons de l’éducation civique, nous désirons que les petits français intègrent la dimension européenne dans leur tête.

Il apparaît important pour l’enseignant de savoir dans ses interventions et dans ses pratiques dans quelle grille de lecture il se situe et d’essayer de le faire comprendre aux élèves afin d’éviter de tout mélanger.

La question des représentations :

Il y aussi la question des représentations que suscite le mot Europe. Il nous paraît essentiel de faire toujours la distinction entre l’Union européenne et l’Europe-continent. Les élèves ont du mal à comprendre que la Russie puisse faire partie de l’Europe, la question se pose aussi pour la Turquie qui fait l’objet d’une puissante polémique. Rappelons que ces deux états font parti du Conseil de l’Europe la plus vieille institution de l’Europe créée en 1949 qui comprend aujourd’hui 45 états membres. Cette vieille institution mérite l’attention des historiens géographes, elle a publié de nombreux travaux dans le domaine de l’éducation, des valeurs et de la culture. Le concept d’itinéraire culturel européen conçu par le Conseil de l’Europe mérite notre attention et notamment le site de l’Institut des itinéraires culturel européens que nous vous invitons à visite. De plus il nous semble essentiel de faire comprendre aux élèves que cette construction est à géographie variable, (Festival de géographie de 1998) elle risque de l’être de plus en plus à 25, 28 ou plus. Présentons le décor d’une Europe complexe et multiple. Nous pourrions mettre en évidence quatre grands types d’espace :

  • Une matrice : un espace régie par le droit (les 25 actuels)
  • Des options : euro ou pas encore euro ou pas d’euro du tout, Europe de la défense, Schengen ou pas, coopérations renforcées entre certains états qui décident d’aller plus loin vers une Europe Politique...
  • Les espaces qui entourent l’Union européenne. Il y a ceux qui sont susceptibles d’y rentrer un jour, d’autres qui ne rejoindrons jamais l’Union.
  • Les confins ou les périphéries concerne enfin les Etats qui nous entourent qu’il convient de stabiliser : le bassin Mediterranéen, la Russie et le Moyen Orient.

Nous conclurons par trois idées :

L’enseignement de l’Europe vise à former des citoyens capables de délibérer sur des problèmes complexes :

-  Aider les élèves à comprendre l’espace donné pour enseigner l’espace possible
-  Mais aussi se poser en acteur politique des futurs de l’Europe. S’approprier l’Europe s’avère indispensable pour réfléchir aux territoires. Cela nécessite aussi une compréhension du droit. L’Union européenne est avant tout régie par le droit. 60% de nos lois sont aujourd’hui d’origine communautaire ! peu de français ont réellement conscience de cette réalité. C’est cette idée de souveraineté partagée qu’il faut faire comprendre aux élèves
-  Enfin nous pouvons dire que l’Union européenne est un exemple inédit dans l’histoire qui mérite notre attention, voir même « un laboratoire utile » pour penser le monde. C’est lorsque nous sortons d’Europe que nous le percevons le mieux ! Il faudrait commencer par parler du monde pour introduire le projet européen. Nombreux sont ceux qui ont tendance à confondre le processus européen avec la mondialisation libérale. Cette vision des choses nous semble un peu simpliste, même si cette construction est traversée bien sûr par des conceptions politiques qui s’affrontent.

Dans la globalisation la construction européenne est-elle encore utile ? C’est une question pertinente, qui dépasse le cadre du professeur de géographie, L’Europe de la cohésion est un choix politique qui a eu des effets positifs sur le développement de certaines régions européennes. (l’Espagne, le Portugal par exemple). Cela pose la question du projet européen qui relève bien sûr de choix politiques. Notre tâche à nous les profs est sans doute plus modeste, elle consiste d’abord à aider les élèves à s’approprier une réalité incontournable et si nous le souhaitons à les aider à s’emparer du projet européen par l’histoire et la géographie, un projet qui demeure ouvert et conflictuel .

Daniel Micolon Commission Europe de l’A.P.H.G Intervention aux Journées de la Durance de Mars 2004, table ronde " enseigner l’Europe"


NB.

[1] Denis Retaillé, Le monde du géographe Presse de science-po, enseigner l’Europe,1997

[2] Pascal Clerc, « Turquie : la géographie-pretexte » in Le Monde du 19 novembre 2002

[3] Jacques Levy, Europe, une géographie édition Hachette 1997

[4] Michel Foucher La république européenne entre histoires et géographies, Belin,1998

  Tous les textes, documents et dossiers sont de la responsabilité de leurs auteurs et n'engagent qu'eux, à l'exception des prises de positions officielles de l'Association.  
IDMulti a utilisé SPIP pour réaliser ce site. SPIP est un programme sous licence GNU/GPL.