L’Éducation civique à l’école

mercredi 20 mai 2009
popularité : 20%

L’Éducation civique à l’école

AVIS du Conseil économique, social et environnemental ; Texte adopté en assemblée plénière le 22 avril 2009 et dont la publication officielle interviendra le 29 avril 2009.

"Le Conseil économique, social et environnemental a choisi de se pencher sur le problème de l’éducation civique à l’école à un moment où les réflexions consacrées à ce sujet sont particulièrement nombreuses et dispersées. Sans qu’il se dissimule la difficulté de l’entreprise, un effort de synthèse sur la situation et l’avenir de l’éducation civique en France lui paraît utile. Cet effort lui semble même nécessaire, dans la mesure où l’opinion est de plus en plus souvent alertée, depuis quelques années, sur les signes de dégradation des comportements scolaires qui se multiplient, inquiètent les familles, découragent les enseignants, et qui ne peuvent plus trouver leur seule explication dans l’insuffisance des moyens et la surcharge du nombre. L’éducation civique, c’est aussi l’apprentissage de la vie ensemble.
On ne peut certes demander au système éducatif de prendre à lui seul en charge la solution de tous les problèmes de la société : problèmes économiques et sociaux liés aux crises successives et à l’apparition de la crainte sans précédent, du déclassement des générations nouvelles par rapport à celles qui les ont précédées, problèmes « sociétaux », liés à la montée d’un individualisme qui tend à privilégier les satisfactions immédiates par rapport aux solidarités nécessaires et aux efforts de longue durée, problèmes enfin soulevés par la difficile maîtrise de l’explosion des médias et des technologies numériques : autant de facteurs d’un malaise dont l’école est la première à subir les effets, et auquel celle-ci ne peut, à elle seule, remédier. L’école ne peut pas non plus pallier toutes les carences éducatives des familles qui mériteraient une réflexion et un traitement spécifiques. La famille est en effet le premier lieu de l’apprentissage de la vie collective et de la solidarité.

Le Conseil économique, social et environnemental est cependant persuadé que, loin d’être une préoccupation annexe par rapport aux disciplines dispensées par l’école, l’éducation civique en est indissociable. Elle est en effet, dans les premières années de la scolarisation, un des moyens les plus efficaces de structurer l’apprentissage des comportements de la vie en commun, et par là même de participer à la lutte contre l’échec scolaire, notamment contre l’échec lourd des 150 000 jeunes qui quittent chaque année l’école sans aucun diplôme, sinon éventuellement le brevet.

Pour répondre aux inquiétudes qui s’élèvent de tous côtés, le présent avis souhaite mettre l’accent sur trois orientations fondamentales : la première pose la nécessité, pour répondre aux besoins de notre temps, d’asseoir les bases d’une véritable éducation - et non pas seulement d’une instruction - civique dès la maternelle et les premières années de l’enseignement primaire. La deuxième rappelle l’importance d’un socle commun, étayé sur les critères et valeurs du modèle républicain : certes, il convient d’adapter ce modèle aux évolutions liées à la modernité et d’être attentif aux acquis des expériences étrangères, mais dans le respect de repères qui, étayés sur une longue histoire, sont d’autant plus nécessaires que la société française est exposée aux épreuves de la crise. La troisième orientation insiste sur le fait que la transversalité d’une éducation civique ancrée sur la vie, dans une école ouverte à la société civile en fonction des besoins du projet éducatif, accueillante aux différences et attentive aux situations de souffrance ou de handicap, est la condition de son efficacité et de sa capacité d’éveil à la démocratie."

Le document

PDF - 570.8 ko

*** Tous les textes, documents et dossiers sont de la responsabilité de leurs auteurs et n'engagent qu'eux, à l'exception des prises de positions officielles de l'Association.