la Bibliothèque numérique mondiale de l’Unesco

 février 2010
popularité : 32%

La Bibliothèque numérique mondiale de l’Unesco

1°)

" met à disposition sur Internet, gratuitement et en plusieurs langues, une documentation considérable en provenance des pays et des cultures du monde entier.

Les principaux objectifs de la Bibliothèque numérique mondiale sont les suivants :

* Promouvoir l’entente internationale et interculturelle ;
* Développer le volume et la diversité des contenus culturels sur Internet ;
* Fournir des ressources pour les éducateurs, les chercheurs et le grand public ;
* Donner les moyens aux établissements partenaires de réduire les fractures numériques au sein des pays et entre pays.

Le site de la Bibliothèque numérique mondiale (BNM) est conçu pour inciter les utilisateurs à explorer les trésors historiques du monde entier... La page d’accueil de la Bibliothèque numérique mondiale contient une carte du monde et un index chronologique. Le contenu est organisé par région géographique sur la carte. Chaque région est associée à un groupe de pays. Chaque région comprend des livres rares, des cartes, des manuscrits, des photographies, des gravures, des enregistrements sonores et des films sur les pays de la région.

Chaque région offre les options suivantes :

* Cliquez sur l’image pour développer la sélection. Une image plus grande s’affichera avec le titre de l’article sur lequel vous avez cliqué, ainsi que d’autres éléments relevant de cette région.

* Cliquez sur la plus grande image pour en apprendre davantage sur cet élément. Vous pouvez utiliser les flèches de chaque côté de la série d’images réduites pour afficher plus d’éléments relevant de cette région"

En savoir+

2°)

la Bibliothèque numérique mondiale

« L’Unesco lance officiellement, mardi 21 avril 2009 , la Bibliothèque numérique mondiale (BNM, World Digital Library). L’inauguration se fera au siège parisien de l’organisation, en présence du directeur général de l’Unesco, le Japonais Koichiro Matsuura, et de James H. Billington, directeur de la Bibliothèque du Congrès américain, à l’origine du projet. La BNM rejoint les deux grandes bibliothèques en ligne, Google Book Search et Europeana, qui permettent déjà aux lecteurs de consulter des millions de livres sur le Net. Elle vise à permettre au plus grand nombre d’accéder gratuitement, via Internet, aux trésors des grandes bibliothèques internationales et à développer le multilinguisme.
L’Organisation des Nations unies pour l’éducation et la culture a toujours considéré les bibliothèques comme la continuation de l’école.

"L’école prépare les gens à aller à la bibliothèque et, aujourd’hui, les bibliothèques deviennent numériques", résume le Tunisien Abdelaziz Abid, coordonnateur du projet, qui réunit l’Unesco et trente-deux institutions partenaires.
Avec ce dispositif, il sera possible de consulter sur le site de la BNM des documents conservés dans les plus prestigieuses bibliothèques, d’où que l’on se trouve dans le monde. La nouvelle bibliothèque est notamment destinée à fournir du matériel aux élèves et aux éducateurs, mais aussi au grand public.
En 2005, la Bibliothèque du Congrès a en effet proposé la mise en place d’une BNM, pour offrir gratuitement un large éventail de livres, manuscrits, cartes, films, enregistrements..., tirés des bibliothèques nationales. Avec la BNM, l’Unesco entend promouvoir les valeurs qu’elle défend, comme la diversité linguistique et la compréhension entre les cultures, mais aussi réduire la "fracture numérique" entre les peuples.
La nouvelle bibliothèque offre des fonctions de recherche et de navigation en sept langues (anglais, arabe, chinois, espagnol, français, portugais et russe) et propose des contenus dans de nombreuses autres langues. Le projet a été développé par une équipe de la Bibliothèque du Congrès, avec une aide technique de la Bibliothèque d’Alexandrie, l’Unesco mobilisant ses membres pour fournir des contenus tirés du patrimoine culturel.

Acceder à la bibliothèque ICI

3°) "DE VRAIS TRÉSORS"

Des bibliothèques nationales et institutions culturelles de pays comme l’Arabie saoudite, le Brésil, la Chine, l’Egypte, les Etats-Unis, la France, le Japon, le Royaume-Uni et la Russie comptent parmi les premiers contributeurs. Les initiateurs du projet se sont aussi assurés du partenariat de pays comme le Maroc, l’Ouganda, le Qatar, le Mexique et la Slovaquie pour créer un phénomène d’entraînement.
Le lancement de la BNM s’accompagnera d’une campagne de mobilisation pour tenter de rassembler une soixantaine de pays partenaires fin 2009. Parmi les documents accessibles dans la BNM figurent "de vrais trésors", selon M. Billington, comme Le Dit du Genji, un joyau de la littérature japonaise du XIe siècle considéré comme un des romans les plus anciens du monde. On pourra aussi voir la première carte mentionnant l’Amérique, datant de 1507, réalisée par le moine allemand Martin Waldseemueller et qui se trouve à la Bibliothèque du Congrès. Le plus ancien document à ce jour visible dans la BNM est une peinture se trouvant en Afrique du Sud, vieille de huit mille ans, représentant des antilopes ensanglantées. »

Article publié par le monde

Acceder à la bibliothèque ICI


*** Tous les textes, documents et dossiers sont de la responsabilité de leurs auteurs et n'engagent qu'eux, à l'exception des prises de positions officielles de l'Association.