commission TIC

lundi 2 février 2009
par  Claude Buisson
popularité : 17%

Compte-rendu de la commission TIC

Premier point abordé : l’Inspection Générale est soucieuse de voir l’usage des TIC se répandre à hauteur de 25% , mais réclame pour cela une évaluation des besoins.

Un des problèmes soulevé est celui d’une formation technique ( pour moi il me semble crucial) , et en plus d’une formation pédagogique . D’autant plus qu’il y aurait une tendance généralisée à une baisse d’offre de formation.

Il y a une forte demande pour l’usage des TNI ( tableau numérique inter-actif) .
Ce problème se pose avec d’autant plus d’acuité que l’expérience des collègues peut être très différente dans ce domaine. Cela s’est vu au niveau d’exemples présentés par les collègues.

Les ressources en ligne semblent importantes, mais encore faut-il bien les connaître et surtout bien les maîtriser ( un collègue était informaticien avant d’être professeur d’Hist-Géo) .

De plus les collectivités territoriales peuvent intervenir : un portable pour chaque élève dans les Landes mais aussi dans les Bouches du Rhône.

Pour les E.N.T. ( espaces numériques de travail) peu de collègues de la commission sont partie prenante , sauf deux ( les mieux formés) .

Tous nous pensons qu’il faut qu’il y ait une politique volontariste de l’établissement :
- accès au réseau ;
- formation des enseignants ;
- un statut pour l’administrateur de l’E.N.T.

Dans les pratiques quotidiennes, d’après les évaluations de l’IG le taux d’usage tarde à décoller. Doit uniquement à ce qui est dit plus haut : problème de formation ?

Les jeunes professeurs ont toutes leurs études universitaires avec un ordinateur à portée de main. Un des professeurs d’économie possède tous ses cours sur un portable, il en est pratiquement de même pour une collègue d’Hist-Géo .

Mais si l’on reprend une réflexion , les TIC ne sont qu’un outil, et elles ne rendent pas meilleurs ni le professeur , ni même les élèves . Elles permettent de travailler autrement, avec ( plus d’) enthousiasme , mais cela se retrouve-t-il dans une meilleure courbe de notes.

Je suis un peu déçu de ne pas retrouver dans les comptes-rendus de mes collègues la trace de l’expérience qui se fait dans mon établissement avec la e-classe en 6ème ; le voici :

Dans une classe de 6ème réaménagée il y a 1 tableau inter-actif , 1 bureau avec ordinateur , 1 armoire forte, 4 tables rondes et en cours des élèves chacun muni d’un ordinateur. L’informatique est un nouveau moyen de travailler mais l’utilisation des ordinateurs n’exclut pas l’usage de l’écrit. Il y a aussi, 1 tableau inter-actif en salle de technologie ainsi qu’en classe de 1ère S. Le Tableau inter-actif est un bon moyen pour apporter à tous une documentation, un plan de cours ( à partir d’une clef USB ou d’autres supports) mais il est parfois aussi un simple tableau (avec un crayon électronique) .Pour le moment pas de bilan définitif mais l’année prochaine une classe de 5ème informatique (dans la lignée de la précédente).

31 Janvier 2009 Paris Sorbonne

Claude Buisson Régionale Aix-Marseille.


*** Tous les textes, documents et dossiers sont de la responsabilité de leurs auteurs et n'engagent qu'eux, à l'exception des prises de positions officielles de l'Association.