Warning: Parameter 1 to f_queue() expected to be a reference, value given in /homepages/40/d614146596/htdocs/spip/ecrire/inc/utils.php on line 199
Il appartient aux historiens d'écrire l'histoire et aux enseignants de l'enseigner. - APHG Aix Marseille

Il appartient aux historiens d’écrire l’histoire et aux enseignants de l’enseigner.

 juin 2005
popularité : 90%

la motion

Il appartient aux historiens d’écrire l’histoire et aux enseignants de l’enseigner.

Le Comité national de l’APHG, réuni à Paris, le 22 mai 2005

- dénonce la dérive actuelle conduisant le Parlement à inscrire dans la loi des dispositions relatives aux contenus précis d’enseignement qui relèvent de textes réglementaires (décrets, arrêtés, circulaires...), comme vient de le rappeler le Conseil Constitutionnel à propos de plusieurs articles de la Loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école

- demande en conséquence l’abrogation de l’article 4 de la Loi du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés, qui stipule : « Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le caractère positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, et accordent à l’histoire et aux sacrifices des combattants de l’armée française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit ».

Se fondant sur les déclarations de M. le Ministre délégué aux Anciens Combattants, commentant cette loi (1), l’APHG :

- demande que soit mis fin aux pratiques qui consistent à instrumentaliser l’enseignement de l’histoire au service des « devoirs de mémoire »

- rappelle que les contenus d’enseignement en histoire et en géographie doivent se fonder sur les acquis de la recherche scientifique, pour laquelle l’Université et le CNRS doivent être dotés de moyens suffisants

- réaffirme que pour exercer, sur ces bases, la liberté pédagogique que leur reconnaît la loi, les professeurs doivent continuer à être recrutés à un haut niveau de compétence scientifique et bénéficier d’une formation continue universitaire de qualité.

(1) « (...) Il est évident que les historiens et les enseignants travaillent et travailleront comme ils l’entendent. Ils ont toujours été libres en France, et on voit mal qui voudrait les contraindre. Prétendre imposer une pensée officielle aux historiens et diffuser une histoire homologuée en classe serait stupide et n’a jusqu’à présent été réalisé sur notre continent que par des régimes totalitaires. Ni le législateur ni le gouvernement n’en ont eu le projet, ni même l’idée. Il appartient aux historiens d’écrire l’histoire et aux enseignants de l’enseigner. (...) »
(Hamlaoui Mékachéra, « Colonisation : réconcilier les mémoires », Le Monde, 8 mai 2005)

- 

Le Compte-rendu par Michel Barbe

Comité national du dimanche 22 mai au lycée Saint-Louis.

Le Président s’appuie sur son éditorial de sept pages publié dans la revue (n° 390 avril 2005) que nous venions tout juste de recevoir.

- A propos de la loi Fillon : rencontre avec le Président de l’Assemblée Nationale Jean-Louis Debré à l’occasion d’un cours d’histoire-géographie sur la Turquie.

Rencontre au ministère avec le DESCO (qui qualifie volontiers l’APHG de « redoutable ») accompagné de toute son équipe ainsi que des différents directeurs. Toutes les questions y ont été soulevées : du primaire au supérieur sans oublier l’ECJS. Des notes abondantes ont été prises par tous qualifiant nos inquiétudes d’infondées puisque tout se jouera sur les circulaires d’application. La question du brevet pose problème : le coût de son évaluation en histoire-géographie est trop élevé ! Le baisser : comment ? Proposition : en mettant les élèves en situation de choix au moment de l’épreuve ! Choisir entre HG et biologie ou physique en entrant dans la salle...Rien n’est encore tranché. Il faut remettre sur le chantier le programme des collèges resté longtemps sans toilettage. Les textes semblent prêts mais il faudra reprendre le contact la semaine prochaine avec...quelle éventuelle équipe nouvelle ?
Le rapport de la Cour Constitutionnelle annexé au plan Fillon en fait tomber de facto le sens, mais non juridiquement, certaines dispositions...pendant que le député du PCF, Brard, fait passer en dernière minute son amendement introduisant l’enseignement obligatoire du « fait religieux » à l’école ! Comme quoi le pire est encore possible, mais notre vigilance est là !
Beaucoup de choses se préparent mais rien n’est tranché. C’est en juin que cela doit être fait au moment où lycéens et professeurs sont en plein dans le bac.
Nos interlocuteurs au Ministère peuvent changer et les navettes Sénat/Assemblée nationale peuvent apporter des modifications au texte annexé.

Liberté pédagogique : Traité constitutionnel et loi du 23 février 2005.
Le Ministère en fait en usage contesté en Education civique. Un texte dont la sortie prévue le 1er mars a été repoussé au 1er avril. C’est un document à valeur pédagogique sous forme d’un exposé contradictoire de deux juristes constitutionalistes. Jugé trop avancé, le ministre l’annule au profit d’un texte de la Commission européenne favorable qui porte atteinte à notre liberté pédagogique. A quand le manuel officiel ? Il y a là une dérive incontestable : inscrire des lois dans le contenu des programmes signés par le Ministre... Sauf s’il y a consensus, il n’est pas acceptable que le législateur impose telle ou telle lecture de l’Histoire ou de Géopolitique à enseigner. Quelle histoire enseigner ? Quelle géographie ?
Article 4 de la loi du 23 février 2005 sur l’enseignement de la colonisation
Face à la tendance du législateur à s’immiscer dans les contenus des programmes les historiens doivent s’opposer à toute instrumentalisation de sujets sensibles comme l’est la colonisation. L’APHG doit conserver une attitude responsable et faire œuvre de sagesse.
Une motion unanime a été votée (voir plus haut)

"Les comptes-rendus des commissions nationales faits par les membres du bureau régional consistent en des présentations et des informations résumées des activités de l’APHG. Ils vous invitent à la lecture des textes plus complets qui paraissent ultérieurement dans le bulletin national."


*** Tous les textes, documents et dossiers sont de la responsabilité de leurs auteurs et n'engagent qu'eux, à l'exception des prises de positions officielles de l'Association.

Navigation

Articles de la rubrique