Un barrage pharaonique sur le Nil Bleu

mardi 13 septembre 2016
popularité : 27%

Un barrage pharaonique sur le Nil Bleu

 


 

"En Éthiopie, la construction du plus grand barrage hydroélectrique d’Afrique devrait s’achever dans moins d’un an. Pour le peuple éthiopien qui surnomme l’édifice « le barrage de la renaissance », il est une promesse de développement. Les pays situés en aval, le Soudan et l’Égypte, y voyaient d’abord une menace, avant de se résigner
Un projet titanesque…
Les dimensions de ce barrage situé dans le nord-ouest de l’Éthiopie, à une trentaine de kilomètres du Soudan, sur le Nil Bleu, un affluent du Nil, donnent le vertige : 1 800 mètres de long, 145 mètres de haut, un réservoir de 74 milliards de mètres cubes d’eau qui devrait mettre entre cinq et sept ans à se remplir…
En amont, une vaste plaine cernée de collines contiendra les eaux. Un lac devrait se former sur 246 km de long. Pour construire ce mastodonte, pas moins de 10 millions de mètres cubes de béton vont être nécessaires. Depuis 2011, jour et nuit, 9 000 ouvriers s’activent sur le chantier qui devrait prendre fin en 2017.
Financé en majorité par le gouvernement et peuple éthiopiens, le coût de cet immense barrage est estimé à 4,7 milliards de dollars. Un seul investisseur étranger, la Chine, a fourni 1,8 milliard de dollars pour garantir l’achat des turbines et des systèmes électriques. Aucun autre ne s’est engagé sur le projet, en partie parce que le pays a refusé de réaliser des études d’impact sur l’environnement et surtout à cause de nombreuses contestations.
…et controversé
Le gigantesque barrage a d’abord effrayé ses voisins. Les crises diplomatiques à répétition en ont ralenti la construction. L’Égypte, située en aval du Nil, son fleuve nourricier, craignait de se voir privée de 12 à 25 % de l’eau nécessaire à son agriculture et à ses industries.
Mahmoud Abou Zeid, le ministre des ressources en eau et de l’irrigation d’Égypte jusqu’en 2009, comparait le barrage à un robinet, dont seule l’Éthiopie aurait le contrôle. « Cela leur donne un dangereux pouvoir. » L’Égypte a été jusqu’à mettre en avant son droit à être la seule à utiliser les eaux du Nil… datant de 1929, quand le pays était sous domination britannique !"

Par Marie Merdrignac

En savoir+ ( carte...)

Publié par OuestFrance le 2 septembre 2016 page 5
 


Documents joints

Word - 478.6 ko

*** Tous les textes, documents et dossiers sont de la responsabilité de leurs auteurs et n'engagent qu'eux, à l'exception des prises de positions officielles de l'Association.