Pour la réhabilitation collective des fusillés pour l’exemple de 14/18

jeudi 27 novembre 2014
popularité : 17%

A l’assemblée générale du 30 novembre 2014 à Paris


Pour la réhabilitation collective des fusillés pour l’exemple de 14/18


Dans le contexte de la commémoration de la Guerre de 14/18, le moment est enfin venu de refermer le dossier tragique des « fusillés pour l’exemple » par leur réhabilitation collective.
En effet, les services du Ministère des Anciens Combattants ont publié le 24 octobre 2014 un communiqué distinguant, d’un côté, les 639 « fusillés pour l’exemple » - pour cause de « désobéissance militaire » - des 369 fusillés pour « actes de droit commun, trahison, espionnage, motifs inconnus ». Ce communiqué invalide l’argument sur lequel s’appuient les tenants d’une réhabilitation « au cas par cas » des fusillés pour l’exemple, qui exigerait un réexamen de leur dossier, aussi impossible qu’inacceptable.
Dès lors, sans que cela puisse en aucun cas légitimer la peine de mort pour quelle que raison que ce soit, quel obstacle peut-on encore opposer à l’exigence légitime de la réhabilitation collective pour les fusillés pour l’exemple ? Aucun.
C’est pourquoi, l’APHG, association des professeurs d’histoire et géographie, demande que la représentation nationale prononce cette réhabilitation collective, réintégrant ainsi ces soldats dans leur honneur et leur dignité, morts, non pas « pour la France », tel qu’inscrit sur les monuments, mais par la France.
Les professeurs d’histoire-géographie, soucieux de transmettre à toutes les générations de futurs citoyens la vérité historique fondée sur les faits reconnus, seraient très légitimement honorés d’avoir à enseigner aux élèves qui leurs sont confiés cette mesure de justice attendue par leurs familles et par le pays.

APHG – Régionale d’Aix-Marseille.


Documents joints

Word - 24 ko

*** Tous les textes, documents et dossiers sont de la responsabilité de leurs auteurs et n'engagent qu'eux, à l'exception des prises de positions officielles de l'Association.